Le pinceau-livre

Le pinceau-livre

Il faudra bien....

Parce qu’il faudra bien, un jour, que je ne sois plus qu’un souffle dans l’espace infini…

 Je voudrais tant venir  veiller sur mes neuf étoiles, faire signe à mes quatre essentielles, leur dire que je suis là, pas loin, intimement liée à leur amour dans une brume légère…

Je voudrais tant retrouver mes ombres familières, celles qui sont parties elles aussi un jour de chagrin….

Je voudrais tant dire ce que je n’ai pas dit, retenue par la pudeur ou par quelque mauvaise excuse…

Je voudrais tant comprendre les mots blessants, les absences, les mensonges délétères….

Je voudrais meubler les silences, ou  les écouter me révéler leurs secrets….

Je voudrais que vous me parliez encore, amis de toujours, juste pour que votre voix me berce…

Je voudrais vous lire, auteur, écrivain, pour que vos lignes me fassent encore voyager….

Je voudrais qu’il y ait une musique, comment vivre sans, même dans cet au-delà ?

Je voudrais tant pouvoir être une bulle légère qui éclaterait sur tes lèvres, une brise tiède sur ton visage pour te parcourir encore, un tourbillon complice pour envelopper ton corps…

Je voudrais être un fantôme intime et tendre, une ombre bienveillante…

Saurez-vous me deviner sur votre épaule, souffle chaud dans votre cou, pensée soudaine qui vous fera vous lever, attentifs, croyant avoir rêvé ?



06/09/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres